Le divorce suisse est possible quelle que soit sa nationalité et quel que soit le pays où l’on s’est marié. Il faut juste que l’un des deux époux réside en Suisse pour qu’il soit possible de divorcer  « par consentement mutuel », c’est-à-dire à l’amiable. Pour ce faire, les deux époux doivent, bien sûr divorcer d’un commun accord, ce qui ne signifie pas qu’il faut juste qu’ils soient d’accord pour divorcer. Ils doivent aussi s’entendre sur un certain nombre de points concernant leur vie une fois le divorce prononcé avant de se présenter devant le juge. Parmi eux ont peut citer la destination du domicile conjugal (qui le garde ?), la répartition de leurs acquis en matière de prévoyance professionnelle (ou LPP), la question des pensions, de la garde des enfants, etc.

S’appuyer sur divorce.ch pour remplir sa convention de divorce suisse
Source : www.divorce.ch

Divorcer en ligne est possible, même si on a des enfants

Si les époux parviennent à un accord complet, le juge devra juste estimer s’il est équitable et s’il respecte l’intérêt des enfants. Si l’accord est partiel, les époux confient au juge la responsabilité de trancher les points litigieux. Quoi qu’il en soit, les époux qui sont d’accord pour divorcer ont tout intérêt à le faire en ligne. C’est possible sur  https://divorce.ch/ qui aide les futurs divorcés à rédiger leur convention et à construire leur dossier pas à pas, depuis déjà 2007. Et, il faut le savoir, plus de la moitié de ceux qui sont passés par ce site avaient des enfants, et tous ont divorcé dans les délais prévus et sans surcoût !